L'interprétation des textes bibliques

Ce qui importe, c'est le message que porte un texte. Ne tombons pas dans le piège de confondre le moyen et le but: le but d'un texte biblique est de nous édifier, et non pas d'être pris dans son sens littéral.

Prendre un texte biblique dans son sens littéral, ce n'est rien d'autre que de l'idolâtrie.

La signification de l'histoire des 2 arbres de la Genèse illustre bien cela.

Autre exemple: certains "spécialistes" de la Bible affirment que Job n'a pas existé. Au vu de ce qui vient d'être dit, on peut répondre: peu importe, ce qui compte, c'est le message apporté par le livre de Job.

Inutile de perdre du temps à vouloir résoudre de faux problèmes.

La Trinité, autre faux problème: ce qui compte c'est le message que nous transmet le fait pour Dieu d'être à la fois UN et trois: à l'image de Dieu, nous avons le droit de dire "je" - et en même temps nous faisons partie d'une Eglise universelle harmonieuse, bien au-dessus du "je" et des dénominations qui sont le résultat de divisions (et on sait qui est le diviseur...). C'est ce qu'explique très bien ce livre.

Le créationnisme est aussi un exemple de faux problème: le récit de "la création", lu spirituellement, à savoir avec l'Esprit saint, est bien plus fertile que ces pertes de temps à débattre au sujet de la prétendue opposition entre créationnisme et évolutionnisme.

Les faux problèmes dispensent de chercher une vraie solution - en fait ils engendrent de fausses solutions. Savoir reconnaître les faux problèmes, c'est se préserver de 99% de conflits inutiles.


Lire aussi Le Message


Articles les plus consultés (30 derniers jours)

En Edem

La création spirituelle de l'homme

Le coeur de l'Évangile