Une distinction utile entre la religion et l’évangile


"Un roi part en guerre pour défendre son territoire. Si le roi défait l’armée adverse, il envoie des messagers pour annoncer la bonne nouvelle dans les villes et les villages. A travers tout le pays, la bonne nouvelle se répand joyeusement : c’est fini, la bataille est gagnée !

Mais, si le roi perd le combat, il envoie en urgence ses généraux dans les villes et les villages pour préparer le peuple à se battre. La bataille du roi a été perdue. Maintenant, le peuple va devoir lui-même combattre pour sauver sa vie."

[...] toutes les religions envoient des généraux. Toutes les autres religions enseignent que si on veut être sauvé, on doit se battre pour sa vie. Toutes les autres religions promettent salut, nirvana, bénédictions ou illumination dans la mesure où l’on croit, obéit et accomplit les rites, respecte les règles, la méthodologie ou les traditions de cette religion. Mais ce n’est pas l’évangile.

L’évangile est une bonne nouvelle. C’est la bonne nouvelle que la victoire est déjà là ! Le roi a déjà gagné la guerre pour son peuple. Bien qu’il n’ait pas levé le petit doigt pour vaincre l’ennemi, le peuple récolte la récompense du courage, du risque et de l’habilité du roi.

L’évangile, ce n’est pas des conseils mais une nouvelle. Ce n’est pas des conseils : « 10 règles à respecter pour aller au ciel » ou « 5 traditions à mettre en pratique pour obtenir des bénédictions » mais c’est l’annonce de la victoire du roi Jésus qu’on peut recevoir, croire et célébrer ! Jésus est mort sur une croix à notre place pour détruire ce qui nous tenait loin de Dieu, notre ennemi, le péché afin que nous puissions jouir d’une relation intime, profonde et éternelle avec lui.

C’est l’évangile !

Source
         

Articles les plus consultés (30 derniers jours)

Exulter en remerciant Dieu pour toutes choses

De bébés spirituels à chrétiens matures

Je procure la paix et je crée le malheur